DOPPENBERG Rolf


Biographie

Originaire de Nyon, en Suisse romande, Rolf Doppenberg est un poète nomade. Il a habité à Hong-Kong, au Maroc, en Grèce et en Allemagne, au bord du Rhin, qui lui a inspiré "Le songe du fleuve", publié en 2011 à Genève aux Editions Le Miel de l’Ours. En 2012, lors d’un séjour de trois ans en Grèce, il a composé, en duo avec Stratis Pascalis, "Garrigue urbaine, Eκεί θα φυτέψω το Δέντρο, 12*2*2 ", un recueil bilingue grec-français. Il a participé au "4 4 3 3 : anthologie du sonnet romand contemporain". Il travaille régulièrement sur des travaux à deux voix, recueils hors commerce destinés à des lectures publiques : "Saoule à vie la houle", "Sauter nu dans le Styx", "Arithmétique des hirondelles",…. Le livre "Uriance", paru récemment, explore la "contrée des asphodèles" dans un intense dialogue de voix. Il a participé à différents festivals de poésie : "Poésie en Ville" à Genève, en 2012, "Le Printemps des poètes", 15e édition, et le 31ème Marché de la Poésie à Paris, en 2013. En novembre 2013, il a été écrivain en résidence à la Maison de la Poésie d’Amay.

Bibliographie

  • "Le songe du fleuve", Editions Le Miel de l’Ours, Genève, juin 2011 ;
  • "Garrigue urbaine, Eκεί θα φυτέψω το Δέντρο, 12*2*2", Editions Le Miel de l’Ours, Genève, septembre 2012 (en duo avec Stratis Pascalis) ;
  • "Uriance", Editions Le Miel de l’Ours, Genève, janvier 2014 (en duo avec Patrice Duret).

Ouvrages hors commerce à tirage limité destinés à des lectures publiques :

  • "Saoule à vie la houle", août 2012 ;
  • "Sauter nu dans le Styx", février 2013 ;
  • "Arithmétique des hirondelles", juin 2013 ;
  • "Orges d’octils", septembre 2013.

Collaboration à une anthologie :

  • "4 4 3 3 : anthologie du sonnet romand contemporain", Editions Le Miel de l’Ours, Genève, octobre 2012.

Textes


Assise aiguë face à l’avancée des eaux. Elles charrient les gestes éteints de tant de passants à ses rives flottantes, imprécises, mouvantes. Une mouvance de source alliée à l’averse, qui redessine au gré du galet mat la ligne récurrente du bois porté. Inscrivant sa graphie de rameaux usés au blanc lisse de nos os, au plein de nos tissus, chair incise. Au stylet précis des instants clairs, gravant la coquille brute et la brèche du tesson. Oracle muet à même le sable, préfigurant l’étiage ou couvant la crue. Qui divulgue les pas à venir comme les empreintes des défunts. Habile errance des eaux.

(in : "Crue de fond", inédit)

***

Le corps nu d’Eurydice

Corps de gemmes et corps défunt ta vaste loi serpent soudain
passée la mort passée la nuit ni baume ni cercueil
ta chair constellée tes pieds de vent saphir au front
rubis au ventre que disent tes lèvres closes?

en amont de la source vipère en main errance des eaux
les lignes de tes paumes se tissent à la chair du monde
tu es eau vive et nuit fertile amont du chant haleine des saules
envers du souffle ta seule présence abolit toute absence

à tes pas s’émeut la grive encore muette s’émeuvent les eaux
sourcière du chant sorcelle azur tout vibre à ton passage
à l’ambre de tes yeux onyx et jade toutes pierres se font sifflantes

frémissent sous ton regard et les ombres et les rayons
la Voie Lactée redouble ses musiques les confins vibrent
silence fertile Orphée sans toi n’est plus qu’une ombre

(in : "4 4 3 3 : anthologie du sonnet romand contemporain", Editions Le Miel de l’Ours, Genève, octobre 2012)

Commentaires



Disponible(s)

Coordonnées