"Fossiles qui gisent en mes rêves : poèmes archéologiques" de Guy Jean, par Pierre Schroven



Fossiles qui gisent en mes rêves : poèmes archéologiques / Guy Jean ; Moncton (Nouveau-Brunswick/Canada) : Editions Perce-Neige, 2014
 
Né en Acadie, Guy Jean est l’auteur de huit recueils de poésie. Celle-ci s’exprime la plupart du temps dans un langage fidèle à la tradition orale de ses ancêtres et s’inspire volontiers de la vie quotidienne pour nous livrer les instantanés d’un destin où se combinent l’émerveillement et l’angoisse.
 
Dans ce livre où la femme, l’amour et la fertilité occupent une place de choix (…les eaux vierges/ portent la promesse des femelles fécondes/les rythmes qui rêvent les générations…), le poète tente ni plus ni moins d’évoquer la création du monde tout en initiant une réflexion sur la place que l’humain occupe dans l’univers ; mieux, il évoque avec humilité les rapports fusionnels qu’entretient le corps humain avec la terre et ses origines (…le feu éclaire nos sexes/la nuit venue/du coït humain naitra la lune/laissera dans mon œil/les traces du serpent qui avale/l’index du dieu créateur…).
 
Mais s’il tente par les mots de se situer un tant soit peu dans l évolution de notre planète, Guy Jean est parallèlement à la recherche d’une identité qui ne soit pas viciée par les représentations, les idéologies et l’égo ; bref, en questionnant l’humanité fragile, il remet non seulement en cause notre idée même de la vie mais contribue également à délivrer notre esprit de ses limites et de ses servitudes.
 
Fossiles qui gisent en mes rêves est un recueil qui, par la grâce de quelques textes brefs et denses, célèbre le miracle du vivant tout en nous faisant redécouvrir, de fond en comble, toute la complexité du monde et des choses.
 
L’acte créateur/inscrit en nos cellules végétales son impérieuse destinée/trame le désir/moule nos anatomies : les yeux empoignent/les bouches caressent/les membres retiennent, s’arriment/une chimie hormonale éclate en rougeurs, sueurs, frissons/nous sommes/pulsion d’anastomase, d’accouplement, de coït/d’assouvissement dans la chair
 
Pierre Schroven


Retour